L'affiche de la pièce
© S. Calard - O. Leycuras

Conception, réalisation :
Stéphane Bault, Yves Borrini, Maryse Courbet

avec:
Yves Borrini, Maryse Courbet et Sophia Johnson

Création Son :
Zidane Boussouf
Création Lumières :
Daniel Gimenez-Frontin
Vidéo :
Lionel Metz
Photographies :
Nanick Guihodo
Scénographie :
Le Bruit des Hommes, avec la participation des élèves de l'Ecole Supérieure d'Art de Toulon : M. Robreau, S. Babigeon, A. Baillie, E. Defay, M. Pierazi, A. Blanc, C. Cerezo, C. Raedersdorff

URBS 2 : Dehors est la ville de François Bon

Le Spectacle


Après « Parking », voici « Dehors est la ville ». François Bon nous parle ici de la peinture d'Edward Hopper, des lumières, des corps, des cadres, de la ville, de l'attente, de ce peintre américain qui nous confirme peut-être notre image de l'Amérique mais qui nous invite certainement à nous regarder nous-mêmes.
Le déplacement du regard, le passage de l'extérieur à l'intérieur, le glissement du réel à « l'imminence des rêves » sont le fil rouge de notre travail.
Qu'est-ce que l'artiste regarde et qu'est-ce qu'il donne à voir, qu'est-ce que je regarde et qu'est-ce que je vois ? Le spectateur sera libre de son regard, de son angle de vue, de son cadre dans cet aller-retour du sujet à l'objet, du je aux autres.
Au travers des toiles d'Edward Hopper et des fragments du texte de François Bon, nous donnerons à voir d'autres images (une série de photographies de Nanick Guihodo), nous ferons entendre d'autres textes (Claude Eveno, Jim Morrison, Georges Perec, et d'autres?) selon la logique des correspondances secrètes d'une enquête sans résolution.
Est-ce du théâtre ? Non, d'un point de vue formel.
Oui, si l'on considère que la ville est un théâtre dont les habitants sont les héros anonymes.


URBS n°2 (suite) : « Ville de nuit »


En prologue de « Dehors est la ville », le public est invité a monter à bord d'un autobus pour se rendre dans le lieu de représentation de URBS 2.
Parcours dans la ville avec textes et raccourcis d'images, les zones d'habitation, les zones industrielles, la construction-déconstruction de la ville où l'on habite.

François Bon à propos de « Dehors est la ville » :

« C'est d'une ville de notre temps qu'il s'agit, une ville qu'on pourrait trouver au bout n'importe où d'une route, là où s'arrête les rails et qu'on descend, qu'on franchit le quai. C'est la ville par quoi toute ville nous est présente, et notre ville elle-même nous est présente, à l'arrêt qu'on marque près d'un trottoir, à tout retrait du bruit puisque la ville peinte ne comporte ni mouvement ni bruit, et même les couleurs s'affichent sans désordre. Tout rangé comme lorsqu'on vient le front contre la vitre, toute l'oeuvre entièrement le front contre les vitres, là où on pense et comme on pense dans l'interrogation des choses, la question qu'on a sur l'immobilité terrible d'un instant où tout vient sur la même surface, qui on est et d'où on vient, précisément par cette présence des choses. » F.B.

Les dates

18 et 19 Mai 200519h et 21h
Aubagne (13)
Rens. : 04.42.18.19.89

Conception : titOm / Graphisme : Olivier Leycuras
logo de la compagnie du Bruit des hommes
33 avenue de Provence 83136 Néoules
Tél : 06 11 08 67 82 - 04 94 72 79 67 - Siret : 347 554 578 00059